Nowa wersja platformy, zawierająca wyłącznie zasoby pełnotekstowe, jest już dostępna.
Przejdź na https://bibliotekanauki.pl
Ograniczanie wyników
Czasopisma help
Lata help
Autorzy help
Preferencje help
Widoczny [Schowaj] Abstrakt
Liczba wyników

Znaleziono wyników: 47

Liczba wyników na stronie
first rewind previous Strona / 3 next fast forward last
Wyniki wyszukiwania
Wyszukiwano:
w słowach kluczowych:  traduction
help Sortuj według:

help Ogranicz wyniki do:
first rewind previous Strona / 3 next fast forward last
EN
The starting point for the discussion is the statement that fantasy is born in the language. Among the linguistic measures that create the ‘crack’ in reality indefinite pronouns can be found. They make it possible to form the reference ambiguity/inaccuracy. Our aim is to describe linguistic mechanisms which conceal the perpetrator of action. This is why reflection on the structure indefinite pronoun + V and its Polish equivalents in the corpus of fantasy texts is offered. The purpose of the analysis is not to systematically describe the use of this structure. It is crucial to present the most important contexts in which the structure is present. The choice of corpus is a particularly important matter with regard to the obtained results. We would like to show that the structure indefinite pronoun on + V is one of the invariants of fantasy literature.
DE
Das Volume enthält keine Abstracts in deutscher Sprache.
EN
Greeting someone with a Hello!, or finishing a letter with Sincerely, Yours truly, seems very easy for a native speaker. These expressions, basic in ordinary life communication, entail a lot of constraints noticeable only when we must use them in a foreign language. Although seemingly simple in terms of content, form and context of ordinary life when they are employed, these utterances are very singular. They are ritually emitted in common situations to which they are prototypically associated.
FR
Saluer quelqu’un par un Bonjour !, ou finir une lettre par Cordialement, Bien à vous, semble très facile pour un locuteur natif. Ces expressions qui sont basiques dans la communication de la vie courante entraînent beaucoup de contraintes dont on ne s’aperçoit que lorsqu’on doit les utiliser dans une langue étrangère. Ces énoncés qui ont l’air d’une grande simplicité du point de vue de leur contenu, de leur forme et des contextes de la vie ordinaire dans lesquels ils s’emploient sont très singuliers. Ils sont rituellement émis dans des situations courantes auxquelles ils sont prototypiquement associés.
RU
Том не содержит аннотаций на русском языке.
EN
This paper dwells on different translation experiences developed in repressive environments (historical, ideological, religious, and social). After examining several different instances of translation and repression, the paper records the opinions of the concerned translators and the characteristics of their translations.
FR
Cet article présente différentes expériences de traduction déroulées dans des circonstances historiques, ideologiques, religieuses et sociales impropres. Après l’observation de plusieurs cas différents de traduction et de censure, sont retenus les aveux des traducteurs victimes de la censure et les attributs de leurs traductions.
FR
Cet article s’arrête sur la question de l’intraduisibilité des noms propres. Celle-ci naît de l’idée que, puisque le référent est unique, le nom propre qui lui est associé devrait lui aussi être unique et donc intraduisible. Le traducteur ne peut se contenter de ce lieu commun : les noms propres ne peuvent pas être séparés artificiellement du reste du texte et il n’existe pas un traitement simple de la catégorie, certains devant être modifiés, d’autres conservés dans leur forme originale.
EN
This article tackles the issue of the untranslatability of proper names. Since the referent is unique, the proper name associated with it should also be unique and, therefore, untranslatable. The translator can not be satisfied with this commonplace: proper names cannot be artificially separated from the rest of the text and there is no simple treatment of this category, since some proper names have to be modified, while others are preserved in their original form.
FR
L’hypothèse selon laquelle les noms propres ne se traduisent pas est très répandue. Elle peut s’expliquer par des critères définitoires des noms propres très réducteurs mais malheureusement largement partagés. Dans cet article, nous démontrons, à partir de l’étude d’un corpus aligné composé de onze versions en dix langues du même texte littéraire, que le nom propre peut être sujet à différents procédés de traduction et qu’il est erroné de prôner le report simple systématique des noms propres de la langue-source à la langue-cible.
EN
The hypothesis according to which proper names cannot be translated is widely spread and can be explained by an unfortunately long tradition of reductive yet very famous definitional criteria for proper names. In this paper, we show that proper names can be translated using different strategies. To do so, we introduce a parallel multilingual corpus made of eleven versions in ten different languages of a novel. We try to demonstrate that it is wrong to promote the systematic use of borrowing when translating proper names from the source-language into the target-language
DE
Der Artikel enthält das Abstract ausschließlich in englischer und französicher Sprache.
EN
By placing ourselves in the theoretical paradigm which takes into account the sociological dimension of a translation which undermines the myth of an objective translation and a transparent translator, we sought to study the translator’s subjective, ideological, emotional interventions. The analysis of the translator's traces, revealing a conscious manipulation which seeks to produce a persuasive effect or a more or less unconscious interpretation imbued with the translator's own emotions will allow us to show the transformations that the pathemic expressions of the discourse (the emotional charge of the discourse, the ethos or the image that the author projects of himself, etc.) go through as well as the consequences got on the level of the identity construction of the conflict’s protagonists.  
FR
En se plaçant dans le paradigme théorique qui prend en compte la dimension sociologique de la traduction qui met à mal le mythe d’une traduction objective et d’un traducteur transparent, nous avons cherché à étudier les interventions subjective, idéologique, émotionnelle aussi bien conscientes qu’inconscientes de la part du traducteur. L’analyse des traces du traducteur, révélatrices d’une manipulation consciente qui cherche à produire un effet de persuasion ou d’une interprétation plus ou moins inconsciente imprégnée des émotions mêmes du traducteur nous permettront de montrer les transformations que peuvent subir les expressions pathémiques du discours (la charge émotive du discours, l’ethos ou l’image que projette l’auteur de lui-même, etc.), ainsi que les conséquences subies au niveau de la construction identitaire du texte (l’image des protagonistes du conflit).
8
Content available Berman l’intraduisible
51%
EN
The paper deals with the translation of the discourse pertaining to the field of Translation Studies. The case study under scrutiny is the chapter entitled “A Manifestation of Translation” in The Experience of the Foreign by Antoine Berman. We examine certain translation difficulties of Berman’s discourse and, in particular, the apparent untranslatability of key concepts of his work. Our approach starts with a general analysis of the translatability of Translation Studies works, which includes a review of the metalanguage. We then expose the fundamental principles of Berman’s philosophy in order to be able to identify, in the last part of the paper, the terminological and discursive challenges implied by the translation of Berman’s discourse.
FR
Notre travail est une réflexion sur la traduction du discours traductologique. Prenant comme étude de cas le chapitre « La traduction au manifeste » de l’Épreuve de l’étranger d’Antoine Berman, nous examinons les difficultés de traduction du discours bermanien et, en particulier, l’apparente intraduisibilité des concepts-clés de l’ouvrage. Notre démarche commence par un examen général de la traduisibilité du discours traductologique, qui comprend une analyse des particularités du métalangage. Par la suite, nous passons en revue les axes fondamentaux de la philosophie de Berman, pour identifier dans la dernière partie les défis d’ordre terminologique et discursifs de la traduction du discours bermanien.
EN
Ferdinand de Saussure is considered as the father of contemporary lingustics. Without questioning this statement I would like to concentrate on terms related to his theory and their Polish equivalents. In the first place the extratextual context in which the saussurean terms appear will be described. Secondly I will examine more precisely the ways the French terminology related to de Saussure’s theory is translated/introduced into Polish. The article is therefore an attempt to investigate the specificity of linguistics terms and the major obstacles that appear when translating those terms in a foreign language.
FR
Ferdinand de Saussure est considéré comme le père de la linguistique contemporaine. Sans nier cette constatation il sera question de se pencher sur les termes liés à sa théorie et leurs équivalents polonais. Après avoir présenté le contexte extratextuel dans lequel apparaissent les termes saussuriens, j’examinerai plus en détails les façons dont la terminologie française est traduite/ introduite en langue polonaise. Cette analyse sera ainsi l’occasion d’examiner quelle est la spécificité des termes utilisés en linguistique, et quels peuvent être les obstacles principaux à leur transmission dans une langue étrangère.
EN
The translation of poetry has caused many debates because the translator is seen as a re-creator of the text and his work becomes « poetry en abyme ». Poetry is difficult to translate because of its conciseness and intertextual dynamics. The translator’s work supposes a comparative perspective and an analysis of the text’s peculiarities. Among the translation methods employed, one can identify duplication, i.e., strict and faithful reproduction in the target language, transposition, the creation of an effect similar to the original one, and dialogic analysis. The poetics of translation will be adapted to the features of each poem.
FR
La traduction de la poésie a suscité des débats parce que le traducteur est vu comme re-créateur du texte, comme poète en abyme. La poésie est difficile à traduire à cause de sa concision et de sa dynamique intertextuelle. La démarche traductologique suppose une perspective comparative et une analyse des particularités du texte. En tant que procédés de traduction, on identifie la duplication, qui est la reproduction rigoureuse et fidèle dans la langue cible, la transposition, la création d’un effet comparable à celui original et l’analyse dialogique. La poétique du traduire sera adaptée aux particularités de chaque poème.
FR
La traduction norvégienne de Journal du voleur de Jean Genet (1948/1949) semble plus pudique que l’édition française courante, tandis que la traduction américaine semble plus impudique. Le traducteur norvégien a légèrement modifié le texte afin d’échapper à la censure norvégienne, tandis que le traducteur américain a basé sa traduction sur la première édition de Journal du voleur, presque introuvable en France aujourd’hui, et qui est encore plus provoquante que l’édition courante. Les choix des traducteurs sont liés à leur connaissance de l’oeuvre de Genet et à leur conscience des pratiques de la censure dans le(s) pays de la langue-cible.
EN
The Norwegian translation of Jean Genet’s Journal du voleur (1948/1949) seems more modest than the common French version, whereas the American translation seems more immodest. The Norwegian translator slightly changed the text in order to avoid Norwegian censorship, while the American translator based his translation on the first French edition of Journal du voleur, which is almost impossible to find in France today and which is more provocative than the common French edition. The translators’ choices are linked to their knowledge of Genet’s literature and their awareness of censorship practices in the country/countries of the target language.
FR
Nous nous proposons de présenter dans cet article quelques traductions (im)propres de noms propres littéraires et de titres (ergonymes) littéraires afin d’attirer l’attention sur les effets et, le cas échéant, sur les éventuels méfaits traductifs
EN
In this article, we want to present a few (im)proper translations of literary proper names and literary titles (ergonyms) in order to shed light on the effects of these translations and, where appropriate, on the possible translation damage consequences.
EN
This article sets out to present a situation which is unconventional, yet frequent in the real act of translation, namely, resorting to clarification, as Saint Jerome chooses to do in the case of certain Hebrew terms impossible to translate in accordance with the Jeromian translational method and not only; the phrase “translaticia translation” is contrived so as to synthesize a situation and implicitly a solution, with specific references and examples from the Jeromian epistolary text, the latter becoming a possible guide for non-translation as a sensible choice.
FR
Cet article se propose de présenter une situation non conventionnelle et pourtant fréquente dans le processus réel de la traduction : le recours à l’explicitation. C’est ce que choisit de faire Saint Jérôme dans le cas de certains termes hébreux impossibles à traduire par sa propre méthode ou par d’autres méthodes. Le syntagme « translaticia translation » est conçu de manière à synthétiser une situation et, implicitement, une solution et elle est accompagnée de références et d’exemples du texte épistolaire de Saint Jérôme, devenu un possible argument en faveur de la non traduction comme option justifiable
EN
Written on the sidelines of a new translation of Sodom and Gomorrah into Polish, the article evokes the problem that the translator had in finding the equivalent of the term inverti. This problem serves as a pretext to speak, on the one hand, of homosexuality in Proust, on the other, of language as the subject of the novel. In this context, the role of Albertine and the etymological tirades of professor Brichot are studied in particular. The author also highlights the testamentary character of this part of the Proustian cycle.
EN
This study explores different variations on the theme of “memory” in Yves Bonnefoy’s poetry and translations. In his latest works, the poet bequeaths to his readers his childhood memories entrusting them with a mission with which he invests poetry: to celebrate, against oblivion, the “memory” of the experience shared with others. Moreover, memory is both the source and the process of poetic creation, as his practise as a translator also demonstrates. If the task of the translator, according to Bonnefoy, coincides with a search, an exploration of the depths of the sea that is every language, in order to bring forth from the dark the light of a restorative word, then, by translating the verses of other poets, Bonnefoy relives the experience of poetry through a new poetic act, recalling each time the intuition and the emotion.
FR
Compte tenu de l’acception polysémique du mot, cette étude explore les différentes déclinaisons de la « mémoire » dans la pratique de la poésie et de la traduction d’Yves Bonnefoy. Avec ses dernières œuvres, le poète lègue à son lecteur ses « mémoires » d’enfance, en lui confiant la mission dont il investit la poésie : célébrer, contre l’oubli, la « mémoire » de l’expérience partagée avec autrui. En outre, la mémoire constitue en même temps la source et le processus de la création poétique, comme le démontre aussi sa pratique de la traduction. Si la « tâche » du traducteur selon Bonnefoy coïncide avec une recherche, l’exploration des profondeurs de la mer qu’est chaque langue dans le but de faire resurgir de l’étendue sombre et silencieuse de la nuit la lumière d’une parole réparatrice, en traduisant les vers d’autres poètes, Bonnefoy revit l’expérience de la poésie à travers un nouvel acte poïétique, en remémorant chaque fois l’intuition et l’émotion.
EN
In order to analyze the examples of fantasy texts translations it is indispensable to determine what fantasy literature refers to. Yet, it seems also crucial to demonstrate in what way the notion of intertextual and intercultural relations applies to the process of translation. Once these two elements are explained, it is possible to proceed to examining examples which best illustrate the theory. Red Country by Joe Abercrombie, Drood by Dan Simmons, Les Lames du cardinal written by Pierre Pevel and Brent Weeks’ The Way of Shadows show that in the fantasy text translation, intercultural relations are always present due to the fact that the fantasy world constitutes a separate culture, which must be respected. It as well as intertextuality may also be interconnected with the references to other, often exotic, cultures and other literary texts.
FR
Le sens du mot se laisse découvrir dans le contexte qui l’accompagne. Ceci est aujourd’hui une vérité communément connue. Dans la communication que nous proposons, nous présenterons à titre d’appui quelques approches linguistiques et philosophiques choisies soulignant le rôle de l’entourage dans la formation du sens d’une unité lexicale (F. de Saussure, N. A. Chomsky, G. Frege, Z. Harris, M. Gross, G. Gross). Nous essayerons ensuite de répondre à la question comment le contexte d’emploi permet de faire ressortir un sens concret qui influe par conséquent sur la traduction, comment l’invariant du sens s’active dans le contexte et comment les dictionnaires actuels permettent de traiter les données qui en décident. Nous nous concentrerons également sur une analyse effectuée à travers le prisme de la méthodologie à objets qui permet de prendre en compte des informations d’ordre linguistique souvent négligées dans les dictionnaires de langue. Pour le faire nous nous baserons sur l’exemple du verbe quitter FR / quitar ES.
EN
The sense of the word can be explored in the context, which is now common knownledge. In this article we intend to make a brief review of some linguistic and philosophical approaches emphasizing the role of environment in the meaning of a lexical unit (F. de Saussure, N. A. Chomsky, G. Frege, Z . Harris, M. Gross, G. Gross). Then, we make an attempt to determine how the context of use brings out the exact meaning, which thus affects its translation, how the invariant meaning is activated in the context and how current dictionaries propose to describe this type of data. We also focus on the analysis based on the object oriented approaches which can take into account the linguistic information often overlooked in language dictionaries. The analysis is based on the example of the verb quitter FR/quitar ES.
FR
Les “mots introducteurs” sont considérés comme les mots-clés de la langue et du discours, étant donné que leur fonction principale est d’introduire les énoncés aussi bien dans la langue écrite que la langue parlée. Ces unités linguistiques d’ordre lexical, sont également dénomés par les linguistes avec les termes comme “connecteur, embrayeur, ligateur” ou “shifter” comme dénomination anglophone. Dans cette recherche, nous analyserons les mots introducteurs qui initialisent les énoncés dans le dialogue oral en français comme “langue source”. Par la suite, nous tenterons de proposer une traduction appropriée des mots introducteurs et des énoncés dans la langue turque contemporaine comme “langue cible”. Ainsi, nous pouvons remarquer que la valeur énonciative des mots introducteurs influence la recherche d’équivalence en langue cible. Au terme de cette étude, nous serons en mesure de constater si les mots introducteurs sont toujours traduisibles ou, en d’autres termes, s’il est toujours possible de trouver un équivalent adéquat acceptable dans la langue cible.
EN
Introducing words are somehow the “keywords” of the language and discourse, as they serve to introduce utterances in written and spoken language. These lexical elements of language are also called by some linguists as “connector, shifter, ligator”. In this study, we will try to address these introducers that initialize set out in the spoken dialogue in French (source language). Thereafter, we will try to provide adequate translation of introducers and utterances in contemporary Turkish (target language). To do this, we will demonstrate and explain with examples that the enunciative value of introducers in the equivalence search in the target language. This research will allow us to see if all the introducers are translatable, in other words if it is still possible to find an acceptable equivalent in the target language.
EN
The aim of this paper is to identify and compare the distribution of the verbs say/dire/říci-říkat in reporting clauses placed medially or finally, and to analyze types of their equivalents in translations (French-English-Czech). Our hypothesis is that in translations from a language with a higher proportion of the neutral verbs say/dire/říci-říkat in reporting clauses into a language where their proportion is lower, the number of replacements of these verbs, especially using explicitation, will be higher than in the opposite direction of translation. The analysis is based on fiction texts from the InterCorp parallel corpus.
FR
L’objectif du présent article est d’identifier et de comparer les proportions des verbes say/dire/ří- ci-říkat dans les propositions incises et d’analyser les types de leurs équivalents en traduction (fran- çais-anglais-tchèque). Nous avançons l’hypothèse que dans les traductions depuis des langues à proportion élevée de ces verbes de dire neutres dans les incises vers les langues où leur proportion s’avère moins élevée, les traducteurs auront davantage recours à l’explicitation ou à d’autres remplacements du verbe de dire neutre que dans l’autre sens de la traduction. L’analyse est basée sur le corpus parallèle InterCorp, limité aux textes littéraires.
EN
In this paper, neology is considered in its relationship with translation. The purpose of this paper is to outline an appropriate methodology to manage the translation of neologisms and overcome the difficulty they present. The theme is illustrated by a concrete example (French/English) showing the relevance of document analysis to reach a satisfactory solution. The steps taken within the working method are focused on the use of new terms in context by specialists of the subject area, insofar as neologisms are integrated in language only when they are accepted by the community who is supposed to use them.
PL
Artykuł dotyczy problemu neologii w odniesieniu do tłumaczeń. Celem analizy jest ukazanie metodologii tak, aby przełamać opór, jaki stawiają tłumaczeniom neologizmy. Szczegółowe omówienie konkretnego przykładu (francuski/angielski) ukazuje konieczność odwoływania się do poszukiwań odpowiednich dokumentów, aby znaleźć właściwe rozwiązanie. Tę metodę, która wskazuje na potrzebę uwzględniania użycia terminów, potwierdza fakt, że integrowanie neologizmów do słownictwa wymaga akceptacji tych, którzy mają ich używać.
FR
Dans cet article, la néologie est considérée dans son rapport à la traduction. Le propos vise à mettre en évidence une méthodologie de nature à permettre de vaincre la résistance à la traduction qu’opposent les néologismes. À cet effet, le développement d’un exemple concret (français/anglais) montre le recours nécessaire à la recherche documentaire pour aboutir à une solution satisfaisante. Cette démarche, qui s’attache à s’en tenir à l’usage, se trouve confirmée par le fait que l’intégration de néologismes dans le vocabulaire est subordonnée à l’acceptation de ceux qui sont amenés à les utiliser.
first rewind previous Strona / 3 next fast forward last
JavaScript jest wyłączony w Twojej przeglądarce internetowej. Włącz go, a następnie odśwież stronę, aby móc w pełni z niej korzystać.